Neuilly-sur-Marne : les policiers tirent pour arrêter l’automobiliste qui refusait d’obtempérer

Un homme a été interpellé, ce vendredi après-midi à Neuilly-sur-Marne, alors qu’il tentait d’échapper aux policiers après un refus d’obtempérer. Les faits se sont déroulés près de l’hôpital psychiatrique Ville-Evrard, aux environs de 15 heures.

Selon les premiers éléments, des policiers auraient voulu contrôler un automobiliste mais ce dernier leur aurait échappé en faisant un tête-à-queue et en leur fonçant dessus. « Les fonctionnaires ont alors fait usage de leurs armes : un tir de LBD et un tir d’arme à feu ont été comptés. Le conducteur a ensuite pris la fuite à pied. Il a été arrêté un peu plus tard dans le parc départemental de la Haute-Ile », rapporte Zartoshte Bakhtiari, le maire (SE) de Neuilly-sur-Marne.

La scène, survenue en partie sur la N 34, n’a pas échappé à cet autre habitant de Neuilly-sur-Marne. « J’ai vu un policier à terre dans les bras d’un collègue et derrière moi, plusieurs voitures de police arrivaient toutes sirènes hurlantes, raconte-t-il. On voit régulièrement la police municipale faire des contrôles dans le coin, ce qui n’est pas une mauvaise chose et là, ça a dû s’envenimer. »

Les pompiers ont également été appelés sur place. « Personne n’a été blessé mais les policiers ont été choqués », précise Zartoshte Bakhtiari.

Déjà deux drames sur la capitale ces dernières semaines

Ces dernières semaines, deux refus d’obtempérer ont abouti à des drames dans la capitale. À Paris, le 4 juin, un automobiliste de 38 ans a pris la fuite lorsque des policiers ont voulu le contrôler. Ces derniers ont tiré à plusieurs reprises, tuant une passagère et blessant le conducteur. Ce dernier à été mis en examen pour tentative d’homicide sur les policiers, tandis qu’une information judiciaire a été ouverte.

Toujours à Paris, le 24 avril, sur le Pont-Neuf, un policier armé d’un fusil d’assaut a tué deux automobilistes lors d’un contrôle routier. Il a été mis en examen pour homicide volontaire. Une reconstitution a justement eu lieu ce vendredi pour comprendre la chronologie des faits.

Crédits photos : Illustration. Selon le maire, il n’y a pas eu de blessé mais les policiers sont choqués. LP/Arnaud Journois