Sécheresse : risque incendie maximal en Île-de-France

Avec la sécheresse, le risque incendie est maximal. Après le Gard et le Var notamment, c'est l'Île-de-France qui est à son tour en alerte aux feux de forêt. L'Office national des forêts appelle à la plus grande prudence, comme dans la forêt de Fontainebleau en Seine-et-Marne, particulièrement fréquentée en ce moment.

Une terre calcinée, des roches noircies, des troncs carbonisés… Une parcelle de la forêt de Fontainebleau (Seine-et-Marne) a brûlé il y a deux semaines après des jours de sécheresse. Les pompiers ont eu beaucoup de mal à éteindre l’incendie, car le massif présente de nombreuses particularités. “Le sol c’est de la tourbe. La tourbe c’est du végétal qui est très sec et qui brûle en profondeur donc le feu après se propage par le sol, sur des grandes surfaces et nous après on a de très grosses difficultés à éteindre à la fois le feu qui est en surface visible, mais aussi pour noyer cette tourbe qui continue de se consumer dans le sol”, explique le Lieutenant-Colonel Olivier Compta, chef du groupement territorial SUD.

3 hectares déjà brûlés cette année

L’alerte incendie est maximale en Île-de-France. À Fontainebleau, jusqu’à 100 000 personnes fréquentent ce massif le week-end. “On a l’impression que c’est vert, que c’est frais mais c’est une sécheresse du sol. Tous les feux sont d’origine humaine”, rappelle Virginie Veau, directrice de l’agence territoriale Île-de-France Est ONF. Depuis le printemps, 3 hectares ont brûlé en forêt de Fontainebleau, la plus fréquentée de France.

Crédit photo : France Info – Incendie de pinède dans l’Aude, le 10 juin 2022. (PHILIPPE LEBLANC / MAXPPP)