RHÔNE: Convoqué devant la justice après une fausse alerte à la bombe dans un McDonald’s

L'individu est convoqué devant la justice en février 2023. Les gendarmes du Rhône rappellent qu'une fausse alerte à la bombe est passible de 30.000 euros d'amende.

C’est une mauvaise blague qui aura eu de lourdes conséquences. Un individu de 24 ans a été interpellé le 17 mai pour avoir lancé une fausse alerte à la bombe à Francheville, indiquent ce lundi les gendarmes du Rhône.

1.000 personnes évacuées

Le 14 mai dernier, le McDonald’s de Francheville, dans la métropole lyonnaise, avait reçu un appel anonyme dans la soirée. Au téléphone, l’interlocuteur disait à l’employé du fast-food qu’une “bombe a été posée” et que “ça va vous péter à la gueule.”

Un important dispositif était alors déployé pour évacuer un millier de personnes du restaurant et du supermarché qui se trouve à proximité.

Après une reconnaissance du site par des gendarmes spécialisés, aucun engin explosif n’avait été découvert. Il avait fallu près de quatre heures avant que le bouclage du quartier ne soit levé.

Un canular passible de 2 ans de prison

Des investigations menées par les gendarmes du Rhône ont permis d’identifier un jeune homme de 24 ans, interpellé trois jours après les faits. Placé en garde à vue, il a expliqué avoir voulu faire un canular sans penser aux conséquences.

Présent lors de l’évacuation du McDonald’s, il dit s’être rendu compte de son erreur en voyant l’ampleur de la situation, mais “ne pas avoir osé” informer les autorités qu’il s’agissait d’un canular.

L’individu sera convoqué au tribunal judiciaire de Lyon en février prochain. Les gendarmes du Rhône rappellent sur leurs réseaux sociaux qu’une fausse alerte à la bombe est passible de deux ans d’emprisonnement et de 30.000 euros d’amende.

Crédits photos : BFM Lyon – Des manifestants passent à côté d’un feu allumé par d’autres, lors du traditionnel défilé du 1er-Mai, à Paris. Laurène Rocheteau