Massif des Écrins : deux alpinistes retrouvés morts après une chute mortelle

Les deux grimpeurs âgés de 25 et 27 ans étaient portés disparus depuis mardi soir. Leurs corps ont été retrouvés mercredi en fin de journée par les CRS Alpes de Briançon.

« Ils ont fait une chute entre 100 et 150 mètres » et « la cause est accidentelle », a expliqué à l’AFP la Compagnie Républicaine de sécurité. Deux alpinistes français, âgés de 25 et 27 ans et portés disparus depuis mardi soir, ont été retrouvés morts mercredi en fin de journée dans le massif des Écrins (Hautes-Alpes), ont annoncé ce jeudi les CRS Alpes de Briançon.

« C’était une cordée d’amateurs qui a dévissé dans l’ascension d’un sommet de l’Olan et qui est tombée dans la rimaye, une crevasse au pied des parois d’un glacier », a précisé la Compagnie Républicaine de sécurité, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Les deux alpinistes, un homme de 25 ans et une femme de 27 ans, habitaient dans la région, selon cette même source. C’est le refuge de l’Olan duquel étaient partis tôt mardi les deux victimes qui avaient indiqué qu’elles repasseraient après leur ascension, qui a prévenu de leur disparition. Quatre secouristes de la CRS Alpes de Briançon en hélicoptère, accompagnés par un médecin, étaient alors partis à leur recherche avant de les retrouver « au fond de la crevasse ».

Deux autres grimpeurs décédés il y a une semaine

Il y a sept jours, deux autres alpinistes sont morts dans le même massif des Écrins. Un couple tchèque avait entrepris une course sur le Glacier Blanc. Pavla Mareckova, âgée de 47 ans, et son compagnon Marek Papousek, 45 ans étaient « des alpinistes chevronnés », d’après leurs proches.

Selon les unités de montagne de la gendarmerie nationale (PGHM) de Briançon, le couple aurait fait une chute d’une trentaine de mètres dans une crevasse. D’après le journal Libération, les accidents de montagne causeraient chaque année une centaine de morts en France.

« Ils étaient plutôt bien équipés mais les conditions pour aller sur la barre des Écrins sont vraiment très difficiles en ce moment car les crevasses sont beaucoup plus nombreuses avec la chaleur et la fonte du glacier », avait précisé le procureur de Gap.

Crédits :  Le Parisien – Les corps des deux alpinistes ont été découvert en bas d’une crevasse dans le massif des Ecrins. (Illustration). Yann Foreix/LP