Afghanistan : un séisme d’une magnitude de 5,9 fait plus de 255 morts dans le sud-est du pays

Le tremblement de terre, d’une magnitude 5,9 sur l’échelle de Richter, est survenu à une profondeur 10 km à 1 heures ce mercredi, tout près de la frontière avec le Pakistan.

Terrible. Plus de 255 personnes auraient été tuées dans un séisme de magnitude 5,9 qui a frappé le sud-est de l’Afghanistan, dans la nuit de mardi à mercredi, ont annoncé les autorités. 500 blessés ont été recensés. Le bilan grimpe rapidement, en raison de l’ampleur de la catastrophe naturelle.

« Le nombre de victimes du tremblement de terre jusqu’ici dans les provinces de Paktika et Khost atteint les 255 morts et 500 blessés », a déclaré sur Twitter un porte-parole du gouvernement, Mohammad Naeem.

Quelques heures plus tôt, le porte-parole adjoint du gouvernement Bilal Karimi expliquait à l’AFP que « Plus de 100 personnes ont été tuées dans le tremblement de terre », a-t-il déclaré, ajoutant que de nombreuses maisons avaient été détruites et que les gens étaient piégés à l’intérieur.

« Nous appelons les agences d’aide à apporter une aide immédiate aux victimes du tremblement de terre afin d’éviter une catastrophe humanitaire », avait précédemment tweeté le porte-parole. « Quarante personnes ont été tuées et soixante autres blessées (…), mais il est possible que le bilan soit plus élevé », avait par ailleurs précédemment déclaré à raison Mohammad Amin Huzaifa, directeur de l’information et de la culture de la province de Paktita (sud-est). Les pays limitrophes et plusieurs organisations occidentales ont affirmé se tenir prêt.

Un pays régulièrement touché

Le séisme, d’une magnitude 5,9, est survenu à une profondeur 10 km à 1 heure mercredi (6h30 en France), tout près de la frontière avec le Pakistan, selon l’Institut sismologique américain (USGS). Des photos postées sur les réseaux sociaux montraient des maisons effondrées dans les rues d’un village. Des vidéos montraient aussi des habitants des zones touchées chargeant des blessés dans un hélicoptère.

Une deuxième secousse de magnitude 4,5 a frappé quasiment au même endroit à la même heure, selon l’USGS. Selon Yaqub Manzor, un chef tribal de Paktika, de nombreux blessés provenaient du district de Giyan, dans la province, et ont été transportés à l’hôpital par des ambulances et aussi des hélicoptères. « Les marchés locaux sont fermés et les gens se sont précipités (pour aider) dans les zones affectées », a-t-il déclaré à l’AFP par téléphone.

L’ampleur de la catastrophe a fait réagir le Pakistan voisin, Le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif, s’est dit « profondément peiné » par ce drame et a indiqué que les autorités pakistanaises travaillaient à apporter leur soutien à leurs homologues afghanes.

La communauté occidentale a également fait savoir son soutien : « L’Union européenne suit la situation (…), et se tient prête à coordonner et fournir une aide d’urgence », a également twitté son envoyé spécial en Afghanistan, Tomas Niklasson. L’ONU a également indiqué étudier les besoins en aide.

L’Afghanistan est fréquemment frappé par des séismes, en particulier dans la chaîne montagneuse de l’Hindu Kush qui se trouve à la jonction entre les plaques tectoniques eurasienne et indienne. Ces catastrophes peuvent être particulièrement ravageuses en raison de la faible résistance des maisons afghanes rurales. En octobre 2015, un puissant séisme de magnitude 7,5 avait frappé la chaîne de l’Hindu Kush, à cheval sur l’Afghanistan et le Pakistan, faisant au total plus de 380 morts dans ces deux pays.

Depuis l’arrivée au pouvoir à Kaboul en aôut dernier, l’Afghanistan est plongé dans une grave crise financière et humanitaire, provoquée par le gel de milliards d’avoirs détenus à l’étranger et l’arrêt brutal de l’aide internationale qui portait le pays à bout de bras depuis 20 ans, et qui revient désormais au compte-gouttes.

Crédits : Le Parisien – Les autorités locales redoutent un bilan beaucoup plus lourd dans les prochaines heures (Photo d’illustration). AFP/Ahmad SAHEL ARMAN