LE MAG – DECEMBRE 2022

Magazine réalisé par :  Billy, Cemalive, Conrad, Diazie, FireFox, Pilotedu50, Tintin2006 et Titouan.

LES MOTS DU STAFF ~ FireFox

Il y a trois ans, presque jour pour jour, des membres passionnés par les servies de secours, d’assistance et de protection, décidèrent d’ouvrir l’Alliance SDIS International. Les années passent vites, et jamais notre équipe aurait pensé que cette alliance perdurerait aussi longtemps, nous n’avions pas prévu de tenir la tête du classement français autant de temps, nous n’avions pas non plus envisagé un tel engouement pour notre structure, et aujourd’hui, en regardant trois ans en arrière, nous sommes plus que fiers de voir à quel point tout s’est bien déroulé.

Une fois de plus, nous vous remercions pour votre présence au quotidien, votre soutien auprès de notre équipe qui œuvre pour vous divertir tous les jours, et bien évidemment, un joyeux anniversaire d’alliance à tous !

Bonne lecture à vous,
L’équipe SDIS International.

PORTRAIT DE JOUEUR : TITOUAN_06 ~ Pilotedu50

Titouan est arrivé dans l’alliance le 29 octobre 2021. Il est devenu animateur le 14 octobre 2022.

Il commence le jeu en installant ses premiers bâtiments dans le sud sur la ville de Nice. Il s’est ensuite agrandi en s’installant sur Paris.

Actuellement lycéen en classe de terminale, il souhaite devenir programmeur plus tard.

Quand il ne joue pas à roblox ou The Hunter, il travaille pour le lycée ou en tant que caissier dans un parc aquatique.

En dehors de ses heures d’activité, une fois posé devant les dessins animés, il aime manger KFC avec ses potes.

LE VPL - VÉHICULE PLONGEURS ~ Cemalive

Le Véhicule Plongeurs fait partie des véhicules spécifiques ou spécialisés. Il permet l’intervention rapide d’un agrès complet pour faire face aux interventions en milieu aquatique.

Véhicule de type 4×4 & de type permis B – Il tracte un CSL – Canot de Sauvetage Légers la majorité du temps. Le véhicule peut intervenir sans son attelage également.

Il transporte les spécialistes composés d’un chef d’agrès ainsi que de deux plongeurs, chacun formés aux missions propres à la spécialité

Embarquant un matériel spécifique composé notamment : 

  • D’un jeu de 4 kits complets plongeurs (Bouteilles etc)
  • D’un kit de bouteilles de réserves
  • D’un lot Énergie (Groupe électrogène, éclairage..)
  • De différents kits de relevage type parachutes
  • De matériel de levage & de treuillage

Il intervient sur un volet assez large d’interventions, en voici quelques unes :

  • Recherche et sauvetage de personnes en milieu aquatique et subaquatique
  • Récupération d’animal ou d’objet tombés à l’eau
  • Participation à la lutte contre les pollutions aquatiques
    Sécurité des interventions en site aquatique
  • Assistance aux missions de type environnementale (Dépollution, analyses..)
Exemple d’un CSL – De la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris

Les VPL sont en général stationnés sur des CSP ou CS de grande taille et armés par une garde 24/24.

L'ORIGINE DES SAPEURS-POMPIERS

DE PARIS - PARTIE 01 ~ Cemalive

C’est à la suite d’un accident de l’histoire, un bal tragique auquel l’Empereur Napoléon 1er échappe de peu, que la prestigieuse institution de sapeurs-pompiers de Paris, telle que nous la connaissons aujourd’hui, voit le jour.

C’est lui-même, qui décide par décret impérial le 18 Septembre 1811 de professionnaliser au travers d’une réorganisation, la lutte contre le feu à Paris. À cette époque guerrière, seul le modèle militaire constituait un gage d’efficacité, d’où la tutelle militaire de la BSPP depuis sa création jusqu’à aujourd’hui.

Un bataillon – créé sur les cendres d’un bal.

À la formation du Bataillon en 1811, les sapeurs pompiers de Paris prennent en compte une mission, la lutte contre les incendies, dont ils ignorent encore l’importance et les développements.
S’appuyant sur un triptyque fonctionnel typiquement militaire (formation poussée des hommes, recherche technologique systématique et mise en place de procédures opérationnelles efficaces), le Bataillon s’approprie très rapidement son nouvel environnement et devient, dès la fin de la deuxième moitié du XIXe siècle, un modèle d’organisation du service public de lutte contre l’incendie et une référence nationale, les début d’une institution d’exemple internationale.

Le Bataillon connaît quelques modifications tout au long de la première moitié du XIXe siècle. Mais c’est à partir de 1859 que le corps des sapeurs pompiers de Paris prend un essor particulier.
En absorbant les communes limitrophes, la capitale forme désormais 20 arrondissements, soit 8 de plus qu’auparavant, et se transforme profondément sous l’égide du baron Haussmann.

Les sapeurs pompiers parisiens doivent assurer la protection d’un territoire supplémentaire important, sans augmentation notable du nombre d’hommes. Une réorganisation s’opère et de nombreux postes de ville, armés par trois hommes et un matériel sommaire, sont créés dans les nouveaux quartiers pour préserver la rapidité d’intervention.

En 1866, le Bataillon devient officiellement Régiment.

Cette modification s’accompagne également d’une profonde mutation technologique.

Désormais, et pour longtemps, les sapeurs-pompiers de Paris apparaîtront comme des précurseurs dans un certain nombre de domaines. Ils passent ainsi successivement de la traction hippomobile à la traction mécanique.

LE TOYOTA FORTRESS 200 INTERVENTIONS ~ Billy

Fabriqués par l’entreprise française Centigon, ces monstres peuvent recevoir une équipe d’intervention de six hommes, dont quatre en zone arrière.

Caractéristiques du Toyota Fortress 200 Interventions :

Le FORTRESS 200 Intervention, sur base Toyota Land Cruiser 200 est blindé au niveau 2 du STANAG 4569 et résiste à l’explosion latérale de 15kg de TNT à 2m. Les portes, bavettes balistiques et la trappe de riposte au pavillon servent de bouclier à l’unité en phase d’intervention. Homologué France, le véhicule est également projetable pour des missions sur les théâtres d’opérations extérieures. Jantes, pneus, charnières, freins et ressorts de suspension sont renforcés ou remplacés pour s’adapter au nouveau poids du véhicule.

HISTOIRE DU KÉPI ~ Billy

Le képi remonte au temps des Shako (ou Schako) qui était porté par les hussards qui sont des cavaliers d’origine hongroise qui sont admis au service français en 1692. Le service Français va recevoir en 1749 pour la première fois le shako qui est en tronconique, en feutre ou en cuir rigide, qui est entouré d’une bande (ou flamme) de tissu, il a une forme cylindrique. Le premier modèle de shako est sorti en 1799 et sera porté jusqu’en 1840. La forme du shako à changé il est plus évasé vers le haut et assez bas. Il est fabriqué en feutre noirci avec un calot et un bourdalou en cuir noir. Il comporte une visière amovible fixée par trois agrafes, et le mirliton a disparu. Un nouveau modèle de shako va sortir en 1801 il sera plus haut mais moins évasé. Il sera généralisé en 1807 dans toute la Grande Armée. Les matériaux du shako changeront en 1821 il sera fait de carton imperméabilisé recouvert de coton, il retrouvera une forme tronconique en 1844.
Après de nombreux essais naît en 1833 la Casquette d’Afrique. Il s’agit d’une coiffure tronconique en drap d’uniforme ornementée de petits galons, avec une visière protégeant bien du soleil. Cette coiffure allégée évoluera et donnera officiellement naissance en 1843 au « Bonnet de police à visière », une version raccourcie et allégée de la casquette d’Afrique. Fort de son succès et de ses avantages, le bonnet de police à visière est adopté pour l’ensemble de l’Armée en complément du shako qui n’est plus conservé que comme coiffure de cérémonie.

Plusieurs règlements interviennent en 1852 qui définissent les grandes caractéristiques distinctives du képi, dont certaines restent toujours d’actualité. De la très haute casquette d’Afrique, le képi diminue progressivement sous le Second Empire et adopte une petite visière de forme rectangulaire. Ce képi était devenu partout dans le monde la coiffure représentative d’une armée française courageuse mais dont la gloire auréolée du conquérant africain va s’éteindre à Sedan.

Le Képi français continuera d’évoluer au gré de la mode, les modèles d’ordonnance entérinant ces différentes modifications , les différentes armes ou services se distinguant par les couleurs de bandeau, de turban et de calot ainsi que par les couleurs des galons utilisés.

La fin de la première guerre mondiale en 1918 et 1919 relancera l’usage des couleurs de tradition pour les képis français, qui reprendront de la hauteur puis deviendront totalement rigides avec le modèle 1935 . Le képi est alors très proche du modèle actuel, l’ultime modification intervenant en 1959 avec le remplacement des numéros de corps brodés sur le devant du bandeau par une grenade.

Shako modèle 1872 de troupe
Képi troupe (reproduction) du modèle 1884 et képi de sous-officier (jugulaire plus réçente)
Képi de grande tenue d’officier porté entre 1886 et 1910 avec le pompon doré puis après 1910 avec le plumet
Képi recouvert de sa housse, ici en toile cirée et donc d’achat personnel, afin de diminuer la visibilité de la coiffure d’officier ou de sous-officier. ce modèle bleu clair (aussi appelé bleu horizon) succède à la même housse en drap gris de fer bleutée porté dans les 1ers mois du conflit
Sous-lieutenant, typique de la 1ère guerre: ce képi dont les soutaches sont remplacées par un galon en soie bleu ne peut être porté qu’à l’arrière du front, loin des zones de combat ou le casque Adrian est désormais obligatoire
Képi actuel de sapeur du Génie porté jusqu’au grade de Caporal
Traditionnelle cérémonie de remise du képi aux sapeurs par un parrain à l’issue de la formation initiale

LA SANTÉ ENVIRONNEMENTALE ~ Tintin2006

Depuis maintenant près de 50 ans, les scientifiques ont prouvé que la planète Terre subit un réchauffement climatique induit par l’homme qui a entraîné une nouvelle ère géologique : l’Anthropocène. Ce changement climatique s’accompagne d’un nouveau type de service de santé dans les hôpitaux qui s’intéresse aux maladies provoquées par le réchauffement climatique.

Mais cela n’est en réalité pas si nouveau. En effet, Hippocrate enseignait déjà qu’on ne peut comprendre la diversité des malades et des maladies si on ne s’intéresse pas également au climat. Dans l’Histoire, soit depuis 3000 ans avant notre ère, des changements climatiques se sont produits, bien que jamais aussi conséquents que celui en cours actuellement, comme au Vème siècle lors des invasions barbares qui auraient été induites par un réchauffement climatique ou encore un « petit âge glaciaire » sous Louis XIV.

Aujourd’hui, ce sont trois problèmes sanitaires majeurs qui sont posés par le changement climatique en cours. Le premier est les maladies liées à la chaleur. Le second est la propagation des maladies à transmission vectorielle. Enfin, le troisième est l’exposition des populations aux particules fines.

Les morts liées à la chaleur sont nombreuses. En effet, on estime que depuis 1990, cette affection a entraîné 37 % des décès. Ce très haut taux peut s’expliquer par le fait que chez certains êtres humains, et notamment les personnes âgées, les femmes enceintes, les enfants et les personnes souffrant de maladies chroniques, n’ont pas la capacité de maintenir leur température corporelle dans une fourchette proche de 37°C. Les pathologies provoqués alors par les épisode de chaleur extrême sont multiples : les coups de chaleur bien sûr mais aussi des crises cardiaques et autres maladies cardiovasculaires, plus de prématurés et des maladies sous-jacentes exacerbées, telles que des bronchopneumopathies chroniques (BPCO), une maladie proche de l’asthme.

Les maladies à transmission vectorielle sont des maladies transmissibles aux humains et entre humains. Elles sont responsables d’environ 17 % de l’ensemble des décès annuels, les principales sont le paludisme, la dengue ou encore la fièvre jaune. Quel est le rapport avec le changement climatique ? Ce changement de climat entraîne le déplacement de ces maladies. Ainsi des cas de dengue sont signalés en Italie ou en Croatie, et le paludisme, endémique de l’Afrique et de l’Amérique du Sud se déplace plus haut. Deux phénomènes l’expliquent mais ils sont tous les deux liés à des migrations. 

Le premier, c’est la migration d’animaux vecteurs de maladies comme le moustique tigre tandis que le second est lié aux migrations des populations dues en partie au réchauffement climatique.

Enfin les expositions des populations aux particules fines sont dues à la pollution de l’air et entraînent des maladies telles que la BPCO dont nous avons parlé un peu plus haut ou d’autres maladies respiratoires.

Bien entendu, ce n’est pas une liste exhaustive. On pourrait ainsi relier également certaines antibiorésistances, ou encore, même si c’est la conséquence d’une conséquence, les problèmes d’alimentation.

LE VÉHICULE DE SOUTIEN SANITAIRE

AUX OPERATION ~ Conrad

Le véhicule de soutien sanitaire aux opérations (VSSO), ou simplement véhicule de soutien sanitaire (VSS), est un véhicule utilisé par les services de santé et de secours médical (SSSM) des pompiers français. Il est utilisé lors d’interventions éprouvantes pour offrir aux pompiers engagés un ravitaillement en nourriture et en eau ainsi qu’une aide paramédicale. Au sein de la BSPP, son équivalent est le véhicule de remise en condition du personnel (VRCP).

Le VSSO est armé par un infirmier de permanence du SSSM et un conducteur de garde d’un centre de secours. Ce vecteur est engagé sur toute intervention de moyenne ou longue durée et/ou comportant des risques réels pour le personnel. Réalisé sur un châssis de type VSAV, le véhicule est composé de 2 zones :

  • l’une dédiée au soutien sanitaire et aux soins d’urgence, armée comme un VLI,
  • l’autre destinée à la réhabilitation physiologique des personnels. Ce secteur est destiné à améliorer le repos des sapeurs-pompiers. Il offre un espace qui peut être chauffé ou refroidi, par le biais d’un ventilateur brumisateur. Des compléments énergétiques (barres et boissons) et de l’eau fraîche sont à disposition des intervenants, permettant de compenser les pertes liées à l’effort et de maintenir la capacité opérationnelle du sapeur-pompier en optimisant son temps de repos.

En outre, dans le cadre de la prévention du coup de chaleur d’exercice, différents dispositifs sont à disposition et notamment 2 chaises de refroidissement.

Il offre la possibilité à des pompiers, lors d’interventions longues, d’être examinés par un médecin (prise de pouls et de température, réhydratation), de se reposer et de repartir ensuite à leur tâche. Ce camion permet de mettre en place un véritable dispensaire. Il est déployé lors d’incendies importants, des accidents de transport de matériaux dangereux, des incidents dans des usines renfermant des produits chimiques, dans le cadre de feu urbain généralisé, feu d’entrepôt, lors d’engagement d’équipes spécialisées.

Principaux équipements :

  • Lot de logistique alimentaire.
  • Lavabo et flacons de désinfectant.
  • Tables chaises et bancs.
  • Tente.
  • Lot de vêtements.

COUP DE GRISOU DU 27 DÉCEMBRE 1974 À LIEVIN ~ Conrad

Noël venait de passer et dans les mines du Nord de la France, c’était l’heure de la reprise après la trêve festive. Rien ne laissait présager qu’un événement tragique allait se produire dans le Pas-de-Calais. Il y a 48 ans, en cette fin d’année 1974, la plus grande catastrophe minière depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale se produit du côté de Liévin. Sur le coup de 6h30, 50 hommes descendus dans la mine sont victimes d’un coup de grisou à la fosse des Six-Sillons.

Le grisou est l’une des ressources naturelles riches en carbone comme le charbon, le pétrole et le gaz naturel, ainsi que de nombreuses roches sédimentaires. Il se distingue du gaz naturel par sa composition et sa formation. Il est composé à plus de 90 % de méthane. Ce gaz invisible et inodore se dégage des couches de charbon et des terrains encaissants lors de leur exploitation. Comme le radon, à très faible dose, il fait partie de l’atmosphère normale des mines profondes et il s’en dégage d’autant plus que le charbon est fracturé ou exploité.

Le 27 décembre 1974, à 6h30 du matin, un bruit sourd retentit au fond d’une galerie de la fosse 3-3bis dite Saint-Amé du Siège 19 du groupe de Lens-Liévin. Très vite, les autorités, les mineurs et leurs familles prennent conscience de la gravité potentielle de l’événement : pour tout le monde et avant même que la chose soit confirmée, il s’agirait d’un « coup de poussière », c’est-à-dire l’inflammation du poussier (poussières de charbon en suspension) à la suite d’un coup de grisou, certes limité, mais qui joue le rôle de détonateur. Et immédiatement, la terrible catastrophe dite « de Courrières  » de mars 1906 qui avait entraîné le décès de 1 099 mineurs revient en mémoire de tous les présents. L’utilisation du marteau-piqueur et plus encore des haveuses mécaniques (machine d’abattage utilisée dans des travaux souterrains afin d’extraire des matériaux) augmentait considérablement la présence de particules fines de carbone dans les mines. Hautement inflammables, elles favorisent les explosions dévastatrices. Mais, très vite, les experts acquièrent une autre conviction. Les 42 corps remontés du fond avaient été autopsiés : les autopsies révélèrent la présence de grisou. L’accident était donc lié à un coup de grisou. Composé de 90 % de méthane, inodore et invisible, le grisou était le gaz redouté des mineurs.

Les mineurs employés sur les tailles voisines sont mobilisés pour les secours mais leur aide demeure limitée. Ils sont assaillis par les épouses et les proches des mineurs absents : on donne un nom, on demande des détails, on espère encore que le père, le mari, le fils en a réchappé.

Même s’il est loin des 1099 victimes de la catastrophe de Courrières en mars 1906, le bilan de celle de Liévin est lourd. Avec ses 42 morts, c’est le plus meurtrier des coups de grisou de l’après-guerre. Et ce n’est pas la première fois que le grisou frappe Liévin. à la fosse 3 il y a eu 9 morts en 1945, puis 10 dans un coup de grisou en 1957, et 21 à la fosse 7 en 1965.

La CGT et FO se porteront partie civile au procès qui se déroulera sept après le drame, en 1981. Le 23 janvier 1981, le Tribunal de Béthune rend son jugement, 7 ans après la catastrophe qui a coûté la vie aux 42 mineurs de la fosse 3-3 bis de Liévin. Il prononce la « faute inexcusable de l’employeur ». La Société des Houillères du Nord et du Pas-de-Calais est déclarée civilement responsable du drame. C’est une première. Mais la société fera appel, et le jugement définitif qui surviendra en 1984 n’établit finalement pas « la faute inexcusable des Houillères », au grand dam des familles de victimes. Le seul à payer restera l’ingénieur responsable de la fosse de Liévin est lui condamné à 10 000 francs d’amende pour « négligence en hommes et en matériel pour détecter la présence de grisou dans ce puits. »

DISPARITION INQUIÉTANTE EN FORÊT ~ Pilotedu50

Il s’agit d’une personne qui disparaît en forêt sans donner de nouvelles ni prévenir. Lorsqu’une personne disparaît en forêt, ce sont souvent des proches ou collègues de la personne qui vont le remarquer. Ils vont alors appeler la gendarmerie qui va lancer des recherches et mener une enquête pour retrouver la personne.

Quelques fois, il y a des battues organisées avec des habitants des environs qui sont bénévoles pour aider les secours à chercher la personne. Des moyens aériens peuvent être utilisés pour effectuer ces recherches.

C’est ce qu’il s’est passé le 23 septembre 2022 dans le nord de la France près de la commune de Desvres. Un homme a disparu dans la forêt sans donner de nouvelles. Les gendarmes ont donc entamé des recherches avec l’aide de la sécurité civile pour tenter de retrouver l’homme. Ils étaient équipés de quad pour effectuer les recherches. Son corps sera retrouvé quelques jours plus tard dans le cours d’eau de la forêt. L’homme était âgé de 81 ans.

En jeu, pour cette mission, il vous faut 13 casernes de pompiers, 5 postes ambulanciers, 5 postes de police et vous pouvez avoir besoin d’un détachement aérien de la gendarmerie si vous en avez un.

Au niveau des véhicules, il vous faut 10 voitures de police, 1 véhicule poste commandement, 1 spécialiste IMP, 1 VLHR, au minimum 20 personnes des forces de l’ordre et un soutien FAG si vous en avez un. Vous pouvez avoir jusqu’à un patient qui va nécessiter un transport dans un hôpital dans la spécialisation interne général. Vous devez avoir le POI forêt.

Cette mission peut vous rapporter 5000 crédits environ.

CERTIFICAT DE SURVEILLANCE

ET SAUVETAGE AQUATIQUE~ Pilotedu50

Le certificat de surveillance et sauvetage aquatique aussi appelé SSA littoral est une formation diplômante d’au moins 42 heures.

Cette formation est une formation qui doit être suivie par un sauveteur lors de sa première année de formation à la SNSM avant d’être affecté sur une plage. Pour passer cette formation, vous devez être majeur, être en possession du BNSSA, du permis bateau côtier et du brevet des premiers secours en équipe de niveau 2. La durée de la formation peut varier mais elle dure obligatoirement une journée.

Une fois cette formation effectuée, le diplômé doit savoir :

  • Effectuer une analyse rapide des risques présents
  • Situer son rôle et sa mission en fonc­tion des condi­tions du moment
  • Déve­lop­per des actions de préven­tion adap­tées aux risques
  • Parti­ci­per au dispo­si­tif de surveillance en utili­sant les tech­niques et le maté­riel adap­tés
  • Parti­ci­per à une action coor­don­née de sauve­tage en utili­sant les tech­niques et le maté­riel adap­tés
  • Réali­ser les gestes de premiers secours

Et une partie pilotage où le diplômé doit savoir mener une action coordonnée de sauvetage en toute sécurité avec un engin motorisé.

En jeu, pour pouvoir ouvrir cette formation, vous avez besoin du centre de formation et d’intervention et des bâtiments station de sauvetage pour l’utiliser. Cette formation est nécessaire sur le canot tous temps.

ALLOSDIS : POLISSE ~ FireFox

Synopsis :

À Paris, Melissa, une photographe, vient effectuer un reportage sur la Brigade de protection des mineurs, la BPM. Incestes et pédophilie, maltraitance, enlèvement, prostitution adolescente, misère ordinaire, mariage forcé. En contrepoint à ces tragédies quotidiennes s’enchaînent aussi des événements personnels pour des flics sous tension, entre fous rires et coups de gueule.

SdisAvis: 5/5

5/5

Film coup de poing qui se ressent comme un film coup de coeur, « Polisse » est une plongée vertigineuse et âpre, mais aussi touchante et drôle, dans les bureaux d’une unité spéciale de la police, la Brigade de Protections des Mineurs. Via un style terriblement réaliste, Maïwenn (la réalisatrice) confirme son aura de réalisatrice aimant imprégner ses passages derrière la caméra d’une grosse dose d’authenticité. Son « Polisse » a ainsi des allures de documentaire choc qui vous travaille au coeur et au corps.

ACTUSDIS INSOLITES ~ Diazie

Deux policiers sauvent in extremis un homme tombé sur les rails du métro à New York

Un sauvetage miraculeux le jour de Thanksgiving. Un homme accidentellement tombé sur les rails du métro à New York le 24 novembre a été secouru par deux agents de police qui se trouvaient dans la station à ce moment-là, rapporte Le HuffPost.

Grâce à leur intervention, la victime a été sauvée in extremis et remontée sur le quai quelques secondes avant l’arrivée du métro. Les images de ce sauvetage sous tension ont été capturées par la caméra embarquée d’un des officiers. Relayée sur les réseaux sociaux par la police new-yorkaise, la vidéo a été visionnée plus de 168.000 fois sur Facebook et plus de 84.000 fois sur Twitter.

Hissé sur le quai juste à temps

À l’origine, les deux agents étaient en train d’inspecter le quai du métro. Ils ont, totalement par hasard, assisté à la chute de l’homme sur la voie, de l’autre côté des rails. « Nous savions que le train arrivait », a raconté l’un des deux policiers en conférence de presse après les faits. « Quelqu’un a crié : ‘Deux minutes !’ Tout ce que nous avions à faire était de le mettre en sécurité. »

Les deux policiers se sont précipités pour arriver le plus vite possible. Celui qui transportait la caméra embarquée est ressorti dans la rue pour accéder à l’autre quai par une entrée différente. Sur place, un homme était déjà descendu sur les rails pour secourir la victime. Avec son aide, les policiers ont pu hisser l’homme blessé sur le quai, en sécurité.

Quelques secondes plus tard, le métro est arrivé en gare. Un troisième policier formé aux gestes de premier secours a été appelé et a pris en charge la victime jusqu’à l’arrivée des urgences. Transporté à l’hôpital, l’homme est dans un état stable et ne souffrirait que de blessures légères à la main et au dos.

NOTRE PETIT CONCOURS ~ Titouan

Nous vous proposons deux petits jeux pensés et réalisés par nos soins. Les joueurs qui nous renverront les solutions gagneront 10 000 SDISCoin’s. À vous de jouer !

Quand vous aurez terminé, envoyez les réponses à Diazie en message privé.

Les charades 

Charade N°1 :

Mon premier est le contraire d’avoir froid
Mon second est la syllabe -co
Mon tout est un synonyme d’ici

Charade N°2:

Mon premier est la dix-neuvième lettre de l’alphabet
Mon second est la quatrième lettre d’Evian
Mon tout est l’arbre sur lequel poussent les pommes de pins

Les devinettes

Devinette N°1 :

Je suis un personnage de la reine des neiges
J’aime bien les carottes
Quel est le type de cet animal ?

Devinette N°2:

Je suis souvent allumé en hiver
J’aime bien le bois sec
Et je dois être prêt à accueillir le père Noël

QUELQUES STATISTIQUES ~ Diazie

Depuis le dernier numéro du magazine nous avons construit 10 hôpitaux et 207 prisons à la demande de nos membres.

Vous pouvez faire votre demande de construction sur le mur de l’alliance dans le fil dédié à cela.

Et toujours financé grâce à vos cotisations !

Merci à tous les membres de l’alliance sans qui tout ça ne serait pas possible.

Magazine réalisé par :  Billy, Cemalive, Conrad, Diazie, FireFox, Pilotedu50, Tintin2006 et Titouan.